Thiossane, last Damel of Cayor’s first album

C’est une tendance que je crois avoir déjà évoquée dans le billet sur Ebo Taylor ou au sujet de Poly-Rythmo, je ne sais plus, mais certains labels se sont spécialisés dans la (re)découverte d’anciennes gloires artistiques, ici Africaines, qu’ils font entrer en studio, parfois pour la 1ère fois, ou dont ils négocient les droits d’anciennes productions pour les (re)diffuser.
Je ne dis pas que c’est mal, bien au contraire, d’autant que j’ai moi-même participé à l’action avec la remastérisation de Yasimika, le 1er album de Djeli Moussa Diawara…

Et donc, voici “Thiossane” Ablaye Ndiaye, un artiste aux multiples talents, qui enregistre à 75 ans son 1er album (éponyme et disponible début octobre).

Né en 1936 dans la région de Thiès au Sénégal, il commence à chanter au début des années 50, après avoir puisé son inspiration dans la discographie Afro-cubaine, complétée par les chansons de Tino Rossi et la musique de Duke Ellington, disponibles dans la discothèque familiale. Il acquiert une notoriété certaine, crée plusieurs groupes, tout en étudiant à l’Ecole Nationale des Arts, où il travaille les arts plastiques et dramatiques.

Bon, une petite pause musicale, avant de continuer à vous présenter cet artiste…

Aminata Ndaye, évoque la désobéissance d’une épouse envers son mari. Ce titre, composé en 1963 a été interprété, entre autres, par Youssou N’Dour en 1984.