Oumou Sangare: Diva.

Oumou Sangaré, chanteuse Malienne tout autant que femme d’affaires, est revenue en ce début d’année avec un nouvel album Seya.

Celle qui chante avant tout pour les femmes Maliennes, entre autres contre la polygamie, propose depuis fin février ce nouvel album, réalisé avec Cheick Tidiane Seck.

Le parcours de cette femme est étonnant, et je vous invite à le découvrir sur la page qui lui est consacrée sur Mondomix ou cette page sur Mali-Music, même si toutes 2 datent un peu.

Pour faire court : elle gagne un concours national à 5 ans et se retrouve soutien de famille à 10 ans, chantant pour nourrir sa famille. Remarquée par Ali Farka Touré, elle enregistre son 2ème album en 1993 pour une maison de disque anglaise.
Son 3ème album Worotan (qui signifierait “10 noix de cola”, soit le prix traditionnel d’une mariée au Mali) sort en 1996 et lui offre la reconnaissance internationale, du fait de son style acoustique et groovy. Il faut dire qu’on y retrouve Pee Wee Ellis, ancien saxophoniste de James Brown, Nitin Sawhney, le musicien Anglo-Indien à la guitare, et Yacouba Moumouni, le flûtiste-chanteur du groupe Mamar Kassey.

Depuis plein d’autres albums ont suivi et petit à petit ont fait d’elle la Diva Malienne reconnue du monde entier.
Elle écrit et compose ses chansons, où elle critique la réalité sociale, prend la défense des femmes et chante pour représenter sa génération (elle est née à Bamako en 1968).

Pour finir en beauté, je vous propose le titre Yala, extrait du double album Oumou de 2003, sur des images du photographe Malien Malick Sidibe :