Geraldo Pino: Heavy, Heavy, Heavy

Geraldo Pino a largement influencé la scène Afro-Funk et Soul dans les années 60 et 70 en Afrique de l’Ouest. Héros oublié de la musique populaire africaine, ce guitariste, chanteur et leader du groupe The Heartbeats nous a quittés fin 2008 au Nigeria, sans que personne, ou presque, ne le remarque.

Heavy, Heavy, Heavy

En dehors de son propre parcours musical, que l’on redécouvre depuis une dizaine d’années grâce à des rééditions de 33T, il a fortement influencé le jeune Fela Kuti, comme ce dernier l’avoue lui-même dans l’une de ses biographies.

Peut-on pour autant le considérer comme un pionnier de l’Afrobeat ?
Gerald Pine en 1938 en Sierra Leone, il a écumé les clubs, du Ghana au Nigeria, où il était vu comme le James Brown d’Afrique de l’Ouest, artiste qu’il admirait profondément.

Power to The People

Il commence sa carrière comme technicien du son pour la radio de Freetown qui vient d’ouvrir. Cela lui permet d’écouter “en premier” toutes les nouveautés du disque. Au début des années 60, le Rock’n’Roll explose, même en Sierra Leone où l’on écoute les nouvelles stars comme Elvis Presley ou Fats Domino… Avec son groupe, The Heartbeats, composé de 3 guitares et d’une basse, toutes électriques, d’un clavier et d’une batterie, il fait tout d’abord des reprises. Puis, installés au Liberia, ils découvrent James Brown, Ray Charles, Otis Redding, Wilson Pickett… les grands de la Soul.
The Heartbeats devient alors le premier orchestre de Soul ouest-africain, et tourne au Ghana et au Nigeria.
Beaucoup des titres écrits par Geraldo Pino sont très clairement sous l’influence de James Brown, car il en est un vrai fan. Mais même s’il l’imite d’abord, l’utilisation de plus en plus marquée des percussions et des rythmes traditionnels n’en font au final pas qu’une pâle copie. Et écoutez l’orgue Hammond !!!

Pour en revenir à Fela, il a toujours cité Geraldo Pino comme son modèle original et l’a considéré comme le vrai pionnier de ce qui allait devenir l’Afrobeat. En effet, de retour de ses études musicales en Europe, il découvre la SuperStar Geraldo Pino à Lagos. Devant son succès, Fela se dit qu’il n’a plus qu’à disparaitre de la scène musicale… Heureusement, au bout de quelques mois, The Heartbeats quitte le Nigeria pour d’autres contrées… On connait la suite…

Lorsque l’on écoute des titres comme “Power to the People”, on comprend l’admiration de Fela : entre rythme, énergie et slogans politiques, tout ce qui fera la base de son propre répertoire est déjà là…

R.I.P. Geraldo, un grand du Funk et de la Soul Africaine.