Bantunani: new Born2Groove

Le groupe Bantunani m’avait contacté à mon retour du Midem, et j’étais allé les voir lors de leur passage au Comedy Club, qui fut l’occasion d’annoncer la sortie d’un nouvel opus, en numérique, le 10 juin : “Born2groove with Nu Rumba”, contenant les deux titres “Coltanrush” et “Blackninja”.

Le titre “ColtanRush”, premier single du nouvel opus “Born2groove” fut d’abord joué lors d’un concert de soutien au Kivu, car il s’inscrit dans l’affirmation de la Nu-Rumba comme forme d’expression musicale d’une nouvelle Afrique, dans laquelle le Groove est un instrument de conscientisation et d’engagement. Dans ce vidéoclip, le visage d’un enfant porte le message de l’urgence de la situation.

La première diffusion du single Coltanrush aura lieu le 5 Juin sur RFI lors d’une émission consacrée à la nu-rumba.

Disponible en avant-première sur Jeune Afrique TV, cette chanson dénonce, dans un groove mélancolique, le silence autour de la guerre au Congo, rejette avec véhémence l’origine ethnique du conflit et désigne le jeu pervers des mains invisibles sur les richesses de l’Afrique.

Dans un entretien accordé au site Jeune Afrique, le leader du groupe, Michel N’zau, insiste sur l’impact de ce message sur les démocraties occidentales qui doivent, d’une manière générale reconsidérer leur rapport à l’Afrique et à l’homme noir… C’est donc un combat pour le Congo mais aussi pour l’Afrique de demain. Sans doute le temps est venu pour les artistes noirs de prendre le relais du politique dans ce désert idéologique où la musique est déjà un langage sans frontière qui fédère tant de peuples.
Il explique les circonstances de la sortie de ce nouvel album : “le public de notre premier album Rumbalounge a été très surpris par notre groove, à la fois urbain,très engagé et pluri-ethnique. Ce volume 2 est donc une affirmation politique et artistique d’un jeune groupe en quête d’une force musicale fusionnelle où le groove reste toujours un instrument de réconciliation des peuples, un outil de dénonciation des injustices. Cette version longue comme pour certains films, permet un réel approfondissement de la nu-rumba dans son insondable invitation à la danse consciente”.