Baloji Kinshasa Succursale Back to Congo

Jai déjà eu loccasion de le dire ici, je nai pas une grande passion pour le rap ou le hip hop, quelques soient ses origines Aussi, lorsque jai lu la présentation de Baloji, en attendant le CD Kinshasa Succursale, son nouvel album qui sortira le 21 novembre prochain, je me suis dit que jallais me forcer à lécouter une fois, pour passer à autre chose ensuite
Jaurais dû me méfier dautant que javais bien apprécié sa reprise du fameux Independance Cha Cha, titre de 1960 écrit par Joseph Grand Kallé Kabasele et Nicolas Dr Nico Kassanda. Dans le clip, qui ma servi à illustrer mon article sur les compilations sorties pour fêter les indépendances Africaines, au style rétro à souhait, il était même accompagné par les musiciens de Wendo Kolosoy Jaurais dû me méfier, vous dis-je

Par où commencer Tout dabord, Baloji na pas réellement le débit dun rappeur, on est plus dans le flow. Et javoue même, avoir cru que dans lintro du 1er single ci-dessous, cétait Grand Corps Malade qui faisait un featuring Voici donc Karibu ya bintou avec la participation de Konono n°1 aux likembés électriques, tourné dans les rues de Kinshasa, et sur le site du légendaire combat de boxe Rumble in the Jungle, où Mohammed Ali a affronté G. Foreman, dont il est question dans le film Sould Power.

Im Goin Home nakuenda, c’est ainsi que Baloji mettait un point final à son 1er album, Hôtel Impala, sorti en 2007. Une conclusion, qui sonnait plutôt comme une ouverture vers le futur pour ce Congolais né en 1978 à Lubumbashi, grandi dans la Wallonie en crise. Là-bas, tu ne te sens pas tout à fait congolais. Ici, tu ne te sens pas vraiment belge. Voilà ce dont parlait ce disque, dune quête didentité à lheure de la trentaine. Entre soul spirituelle et tambour de bouche, il y jetait lencre noircie au fil de ces années, sur tous les épisodes de sa vie. Je répondais à ma mère naturelle qui m’avait demandé, lors de notre unique conversation au téléphone en avril 2005 : Quas-tu fait pendant vingt-cinq ans ?

Pour exorciser cette crise de la trentaine, Baloji décide donc de retourner au Congo et de réenregistrer son 1er album avec les musiciens du pays. Au final ce sont autant de nouveaux titres qui sont sortis des nombreuses rencontres et collaborations.

Voici un documentaire du Making of de Kinshasa Succursale.