Asa: prix Constantin 2008

C’est Etienne Daho, président du jury 2008, qui a remis à Asa le prix Constantin ce 17 novembre à l’Olympia. Préférée à Yael Naïm, Thomas Dutronc, Julien Doré ou aux groupes The Do, par exemple, elle est récompensée pour son premier album.

Fire on the mountain

Jailer

Le Prix Constantin vise à distinguer les “artistes révélations” qui ont marqué l’année musicale tant par leur talent, leur originalité que leur potentiel.

De son vrai nom Bukola Elemide, Asa (qui se prononce Acha et signifie “petit faucon” en Yoruba) mêle folk, pop, soul ou reggae, chante le plus souvent en anglais et on peut la comparer à Tracy Chapman ou Ayo.

Elle chante la vie, l’espoir, l’amour, la sagesse et son pays. “Je veux que ma musique touche les gens. En tant qu’africaine, je veux redonner espoir aux miens mais aussi plaider en leur nom.”

Elle grandit à Lagos où son père l’initie à Fela Kuti, Marvin Gaye, Aretha Franklin, King Sunny Ade ou Bob Marley, tous sources d’inspiration pour la suite. Inscrite à la Peter King’s School Of Music, elle apprend très vite la guitare. Refusant toutes les sollicitations nigérianes, elle retrouve Paris, où elle est née et qu’elle avait quitté dans sa première jeunesse. Pendant cette époque, elle écoute aussi Erykah Badu, Lauryn Hill, Manu dibango, les Nubians ou Angélique Kidjo.

MTV la promeut “ambassadrice du Sud de l’Afrique”, et elle fait ses premières armes sur des grandes scènes en première partie d’Akon, Beyoncé ou Snoop Dogg…

La voici totalement reconnue par ses pairs, après avoir tout fait pour vivre sa musique en liberté et en toute indépendance…