Adelante! Say no to ACTA!

J’avais fait, il y a fort longtemps un papier sur la loi Hadopi, et j’y reviendrai peut-être… Mais là je voudrais tirer une sonnette d’alarme et pousser un coup de gueule. Avant de le faire, pour se chauffer un peu… je vais vous présenter un album que j’ai reçu il y a quelques temps, sorti en octobre, et qui va bien avec le sujet.

Je n’ai pas une grande passion pour le piano Jazz en solo, je l’avoue humblement. Mais cet album est un disque de chants de révolte (L’internationale, Hasta Siempre, Le déserteur…) et il a été enregistré à La Havane, “chez Fidel”, le 1e mai 2011! Et j’avoue qu’à l’écoute, surtout lorsqu’il est accompagné d’une voix ou d’autres musiciens, ces morceaux que l’on connait lorsqu’on est comme moi “révolutionnaire dans l’âme”  ne sont pas du tout désagréables… Mirabassi est un musicien autodidacte et engagé. Après son album Avanti! (où il reprenait les chants de la liberté, patriotiques, de résistance, de lutte… du Chant des Partisans à Imagine), il continue dans son Jazz révolutionnaire : “Cet album est dédié à la révolution. Parce qu’on nous fait croire que cette idée est enterrée, alors qu’elle n’a jamais été autant d’actualité.”

Voilà ce que nous ont préparé en secret depuis plusieurs mois, des lobbyistes de tous poils : un “accord commercial” qui met en danger, au nom du sacro-saint copyright et autres brevets, la liberté d’expression, l’accès aux soins, l’accès à une agriculture ouverte et libre… et ce n’est que le début… Ce “traité”, déjà signé par plusieurs pays le 1er octobre, dont le Canada, l’Australie, le Japon, le Maroc, la Nouvelle Zélande, la Corée du Sud, Singapour et les États-Unis, doit passer bientôt au parlement Européen, dont une partie a déjà donné tacitement son accord en participant aux négociations… Il faut dire NON à ACTA, diffuser, relayer et contactez vos représentants. En gros, se mobiliser par tous les moyens possibles et imaginables, pour empêcher que notre monde devienne encore plus vendu aux entreprises de tous poils, celles qui refusent de s’adapter à un monde qui change, ou plus simplement façonner le monde à leurs propres besoins, même si nous devons en crever, pour leur bon plaisir !