BabelMed 09: day 2 – Deba

La deuxième soirée de concert commença par un moment magique… La plus grosse émotion ressentie. Pas musicalement, même si ces choeurs sont très harmonieux au rythme des tambourins… mais un gros coup au coeur, qui peut même faire monter quelques larmes aux yeux… Ecoutez et regardez…

Découvrez mondomix.com le magazine des musiques en couleurs!

Bon, les vidéos ne rendent pas justice à la prestation telle que vue en vrai… Aussi, je vous conjure de vous précipiter dès que l’occasion se présentera de voir ce groupe de femmes originaires de l’ile de Mayotte.

Ce groupe ? En fait, il en existe de nombreux, dans chaque village de l’ile ou presque, car Deba est une sélection de chanteuses réalisée sur l’ile pour cette présentation dans les festivals. 15 voix, âgées de 16 à 62 ans, à l’unisson ou en dialogue, chantent l’amour dans une douce, voire sensuelle, combinaison.

L’île de Mayotte vit au rythme de l’Islam, au cur la culture Mahoraise. Deba est en fait le nom d’une cérémonie qui appartient à un exercice spirituel de “souvenir”, dans la pratique du Soufisme.
Nous connaissons tous les mélopées sans fin de Nusrat Fateh Ali Khan pour le chant Soufi issu du Pakistan…
Et bien maintenant, nous avons découvert les chants et danses Deba, pratiqués exclusivement par les femmes et les jeunes filles où elles évoquent les grandes cérémonies Soufies, pour fêter la naissance du Prophète.

En ligne, habillées d’une tenue blanche traditionnelle, portant leurs plus beaux bijoux et les tatouages au henné sur les mains, elles se balancent gracieusement, certaines assises, d’autres debout, instaurant un dialogue entre le choeur et des solistes, qui changent régulièrement. Superbes !!!

Le grand plus de ce showcase : des Mahoraises présentes dans la salle interpelaient le groupe sur scène, répondaient, chantaient, reprenaient les chants, faisaient sourire les jeunes filles sur scène… apportant encore plus de vie à ce moment d’exception.

Leur départ au bout de 3/4 d’heure, trop court, en file indienne, saluant doucement de la main le public fut un “déchirement” !!!

D’ailleurs, France Musique, qui décerne un prix à des artistes qui perpétuent une tradition musicale forte et souvent méconnue, a remis en 2009 cette récompense à Deba.