Paul Simon à Paris (11/07/08)

J’ai été invité “au dernier moment” au concert de Paul Simon au Palais des Sports ce 11 juillet, après son passage le 9 au Festival de Montreux. Il semblerait que la production ait un peu sous-estimé la volonté profonde des français de partir en vacances à la mi-juillet… Aussi, à 18h, il restait encore pas mal de places invendues au Palais des Sports, et pour éviter que le show n’ait lieu devant une salle “légèrement” vide, il a bien fallu remplir…

Je dois avouer que je ne suis pas un “aficionado” du petit bonhomme, même si, comme tout le monde j’ai écouté les classiques de Simon & Garfunkel, de Sounds of silence à Bridge over troubled water, sans oublier Mrs Robinson. Comme tout le monde aussi, j’ai pu apprécier l’album “Graceland” (1986), grand succès solo.
Mais comme ce Monsieur commence à ne pas rajeunir (né en 1941) et qu’il ne vient que tous les 4 à 6 ans en France, il ne fallait pas rater ça…

Excellents musiciens (super batteur, excellent bassiste…), tous très pros (dont Steve Shehan en Guest Star aux percussions), très bon show… mais, je dois l’avouer, au risque de me faire lyncher sur la blogosphère, je me suis ennuyé… il m’a semblé que tout était trop “carré”, trop bien “léché”, manquait d’âme (là, c’est bon, j’ai droit au goudron et aux plumes…) et au final ne me faisait pas vibrer (une chanson peut-être sur la totalité du show, 2h00 environ, dont 2 rappels beaucoup plus “vivants” ou “inspirés” que le reste du show).
Mais la “foule” des présents (dont de nombreux américains…) avait l’air aux anges, et a fini en “standing ovation” en tapant des pieds…

Alors, quoi ? Si, à la base, je ne suis pas un “fana” du live pour les artistes que je connais et dont j’apprécie les disques, c’est souvent que les arrangements me font “perdre pied” par rapport à ce qui est gravé au fond de mes oreilles… Ben oui, je m’habitue à une orchestration, une structure musicale et ensuite j’ai du mal à en apprécier les (subtiles) évolutions. Sauf, si le punch, le coeur, la fougue sont au rendez-vous… l’émotion, quoi… l’impression que la musique jouée là, maintenant, devant moi, me tord les tripes, que les percus et la basse tentent d’imposer leur rythme aux battements de mon coeur… là, une petite larme peut commencer à rouler du coin de mon oeil… si, si !!!

Serai-je en fait un rat de studio ??? Rien n’est moins sûr…

Car une bonne performance, même sur des standards, même une petite formation jazz qui se donne… je peux la vivre pleinement et en ressortir “épanoui”… Par exemple le show de Rido Bayonne ou le showcase de Steve et du fils de Baly m’ont réellement permis de vibrer…

Pour conclure : la musique doit pouvoir (a minima) véhiculer des émotions, quelque soit le contexte dans lequel elle est utilisée. Et plus encore, lorsqu’elle vient appuyer des messages (publicité, cinéma, TV…). Trop “plate”, ou trop “technique”, elle desservira le sujet… mais bien entendu, tout cela est très subjectif… 😉

Médias (les vidéos ne sont pas de moi…) :
* le salut final après le concert du 11/7/08 (avec Steve Shehan)

* Slip Slidin’ Away (qualité sonore faible – concert du 11/7/08 à Paris)

PS : vous l’aurez remarqué mes photos, prises de mon téléphone portable, sont assez mauvaises (j’avais déjà prévenu que je n’étais pas doué, mais là, c’est pire…), donc je vous propose une photo prise à Montreux le 9/7/08… De toutes façons Paul Simon portait les mêmes chemise et chapeau… 😉

(c) Lionel Flusin – Montreux Jazz Festival Foundation

PS : à priori, je n’ai pas été le seul à trouver le concert “boring”…