Author

SelieroSed

Browsing

Décidément, la première quinzaine du mois de mars nest pas propice aux chanteurs français
Javais prévu un petit billet dans le cours du mois, lactualité me rattrape Petite récap chronologique, hélas

1 Le 2 mars, on pouvait commémorer les 18 ans dabsence de Serge Gainsbourg Je ne vais pas en rajouter Tout a été dit et redit Ce que japprécie par dessus tout chez cet artiste, ce sont ses jeunes années, celles où il a touché au Jazz (cf. ci-desssous) ou à la musique afro-cubaine (Couleur Café).

Du jazz dans le ravin (1961)

Elaeudanla Teïtéïa (1968)
http://www.youtube.com/watch?v=TJrPZX-9Gag

Il convient de noter que la fin dannée dernière a vu pas mal de rééditions chez Mercury : un coffret les 100 plus belles chansons sur 5 CDs en présentation métal ; un double DVD dautres nouvelles des étoiles avec des extraits de concerts, des interviews, des captations de duos ; un coffret de 4 CD Mister Melody 98 titres des plus grands interprètes de s. Gainsbourg ; et surtout 20 albums en vinyle 180g, toute la discographie jamais rééditée sous cette forme depuis leur sortie originale.

2 Il y a 5 ans (4 mars 2004), cétait au tour de Claude Nougaro de nous quitter Là encore, je ne vais pas métaler, la majorité des lecteurs francophones connaissent au moins ses anciennes chansons Jai eu loccasion de réécouter lalbum Nougayork qui date de 1987. Album surprise au succès retentissant, écrit et enregistré à New York, où il était parti chercher linspiration après que sa maison de disques précédente nait pas souhaité renouveler son contrat. [Comme quoi, ça fait un moment que les maisons de disques ne savent plus ce quelles font]
Beaucoup de ses chansons sinspirent du jazz Américain (Mingus, Armstrong, Brubeck) ou de musiques Brésiliennes (Jobim, Baden Powell, Buarque), où il accrochait ses mots et ses rimes, en grand ciseleur de vers

3 Et aujourdhui, cest Alain Bashung qui nous quitte, quelques jours après avoir reçu 3 Victoires de la musique (interprète masculin de lannée, album de chansons de lannée pour Bleu pétrole, meilleur spectacle de lannée pour sa tournée). Il avait aussi été promu Chevalier de la Légion dhonneur le 1er janvier 2009.
Il a obtenu en tout 11 récompenses au cours de sa carrière, ce qui en fait lartiste le plus primé actuellement en France. Les Victoires de la Musique 2009 furent loccasion de sa dernière apparition publique, bien que très malade, car il devait annuler ses derniers concerts Vertige de la mort (merci Nico)
Considéré comme un successeur de Gainsbourg, dans son exigence quant à la qualité de sa musique et de ses textes, le magazine Les Inrockuptibles lavait qualifié de dernier des géants. Probablement ses racines Rock si profondément ancrées

Lavabo, rencontre Bashung/Gainsbourg pour lalbum Play Blessures

Cest comment quon freine ?

PS : bien entendu, il convient aussi de rappeler la disparition de Claude François le 11 mars 1978, de Lili Boniche (vedette de la musique Algéroise) et de Jeff Healey (bluesman Canadien) en mars 2008, Tony Scott (clarinettiste de Jazz) en mars 2007, Jackie McLean (saxophoniste de Jazz) et Ali Farka Touré (Mali) en mars 2006

A tous R.I.P

Share & Like Kotonteej

Avant le couper-décaler, la Côte dIvoire dansait sur les rythmes dErnesto Djédjé, le Roi du Ziglibithy.

Ernesto Djédjé dans Konan Bedié

Décédé le 9 juin 1983 à Yamoussoukro, à 36 ans, Djédjé était un artiste complet : guitariste, compositeur, arrangeur, chanteur et danseur En fouillant dans la tradition, et en complétant par dautres influences musicales (Soul, Makossa), il a créé le Ziglibithy, qui aujourdhui encore suscite lengouement et la polémique parmi les héritiers

Ci-dessous la reprise de lun de ses titres les plus connus, Ziboté, par Luckson Padaud.

Enjoy !

Share & Like Kotonteej

Manjul est un rasta de Barbès Passé de la Réunion, où il mélange reggae et sega, à Maurice et Mayotte, il sinstalle finalement à Bamako au Mali avec son studio, Humble Ark.

Autant multi-instrumentiste quingénieur du son, cest aussi en tant que producteur quil sort en 2005 la première partie de son dup trip to Mali sur lequel Amadou et Mariam (qui a enregistré une partie de Dimanche à Bamako dans son studio) ainsi que Tiken Jah Fakoly (avec qui il travaille régulièrement) apparaissent.

Pour toute question contactez nous au kotonteej.com.

Beki Miri Manjul/Amadou & Mariam (Dub to Mali vol 1 : Faso Kanou)

Les dubs de Manjul sont donc marqués par les sonorités africaines : il souligne ses compositions par une rythmique basse/batterie puissante, et y intègre toute la panoplie des instruments traditionnels maliens (Kora, ngoni).

Enjoy!

Share & Like Kotonteej

Puisque je suis dans le rétro, je continue

Voici, directement extrait des archives de la télévision Malienne, Les Ambassadeurs dans NToman, avec Salif Keita et Kante Manfila.

Dans le même style, il y avait aussi Sidiki (la vidéo a disparu de YouTube), enregistré en 1981 avec la voix magnifique de Salif Keita, les guitares de Kante Manfila et Ousmane Kouyate, le balafon de Keletigui Diabate et Cheikh Tidane Seck aux claviers:

Enjoy!

Share & Like Kotonteej

Tolérance, épisode 2 (cf. mon post précédent)

Il sagit du retour de Victor Pivert, lépouvantable petit chef dentreprise veule et raciste, magistralement incarné par Louis de Funès, dans le film de Gérar Oury Les aventures de Rabbi Jacob. Mais cette fois-ci, il est sur scène dans une comédie musicale, au Palais des Congrès de Paris, avec une mise en scène de Patrick Timsit.

Le thème original du film composé par Vladimir Cosma

Les aventures de Rabbi Jacob est sorti en octobre 1973 sur les écrans français.
Depuis le 16 septembre 2008, Patrick Timsit propose une comédie musicale fidèle à loriginal et en assure la mise en scène.
Danièle Thompson, scénariste de cette formidable comédie sur la tolérance religieuse qui est devenue, 35 ans après, un film culte, a supervisé cette adaptation pour la scène.

Avec 10 acteurs et 20 danseurs sur scène, lhistoire na malgré tout pas changé : Victor Pivert est un petit chef dentreprise raciste et irrascible, qui se retrouve dans lobligation de se faire passer pour un rabbin, afin déchapper au méchant (Farès) qui le poursuit. Assisté de son fidèle chauffeur (rappelez-vous : Salomon est juif!), ses aventures lamènent jusquà la Rue des Rosiers.

Pour le casting, Eric Métayer (fils dAlex) reprend, après un Molière lannée dernière, le rôle culte avec à ses côtés, Marianne James, la Diva dUltima Récital, dans le rôle de sa dentiste de femme. Elle interprète presque la moitié des chansons du spectacle.

Parlons de la musique. Patrick Timsit a fait appel à Vladimir Cosma, qui a repris et modernisé ses compositions originales. Mais il convient de ne pas oublier le thème principal, revu par le rappeur MC Solaar sous le titre Rabbi Muffin que nous avons découvert depuis quelques temps sur les radios et les chaines musicales.

 

Share & Like Kotonteej

Jai revu ce soir le film Dernier Domicile Connu Pas pour le film lui-même, vu et revu, mais pour la superbe Marlène Jobert, la galerie de seconds rôles qui éveille des souvenirs (les années 70) et surtout lexcellente bande originale signée François de Roubaix Je craque toujours et encore!

Décédé en 1975 à 36 ans, François de Roubaix na composé pour le cinéma que pendant 10 ans, mais son style et sa capacité à innover (synthétiseurs, home studio) ont fait de lui une figure importante de la musique de films, dont le dernier Le vieux fusil lui vaut un César à titre posthume.

Sa musique est encore tellement vivante, que de nombreux rappeurs la samplent, comme celle issue de ce film.

Thème principal version finale (BOF)

Il a aussi composé pour la télévision, dont le générique de Chapi Chapo :

PS: un jour prochain, je vous parlerai dAlain Goraguer.

 

Share & Like Kotonteej

A peine lAfrique avait-elle fini de fêter Sa coupe du monde, quune bonne partie des états se lançait dans la commémoration des indépendances, pour un cinquantenaire parfois en demi-teinte.

Bien entendu ici, le sujet nest pas de traiter de ces festivités ni de leurs implications politiques ou économiques, mais bien sous langle discographique. Car en effet, nombre de petits ou moyens labels se sont engouffrés allègrement dans le thème 50 ans de musiques africaines indépendantes.

Mais avant tout, un petit peu de musique : Baloji, rappeur Congolais, reprend Independance Cha Cha pour son morceau Le Jour dAprès / Siku Ya Baadaye

A ce jour, distribués en France, jai dénombré 3 coffrets différents :

  • la compilation Free Africa, en 4 CDs, chez Maquis Music, sortie en mai,
  • la compilation Afriques Indépendantes, en 5 CDs, chez Pias France/Cantos-Frochot, sortie aussi en mai,
  • et enfin, la méga-box 50 years of Independance de 18 CDs chez Discograph qui sort ce 16 août (et en promo chez Sterns !)
    On ma adressé la 1ère de ces 3 offres (jai reçu les CDs seuls il y a qques semaines), que jai donc pu écouter tranquillement.

Bien évidemment le but est noble : réussir à rappeler, même furtivement, ce qua été cet événement pour de nombreux pays, ce quil y avait avant, et ce quil est advenu ensuite, lhommage aux pays concernés étant rendu à travers la/les musique(s).

Mais quand dans les communiqués de presse on lit 50 titres essentiels et indispensables, la richesse du patrimoine musical du continent noir, les plus grands classiques des créations du continent Africain, A loccasion des célébrations du 50ème anniversaire des Indépendances, retrouvez en 60 titres incontournables la bande son afro-pop rêvée, de 1960 à nos jours !, puis autant d’artistes, d’orchestres, dont la légende est intimement liée à l’histoire des indépendances ou une anthologie des plus grands noms de la musique africaine, la véritable bande originale de l’histoire d’une indépendance, javoue commencer à me poser des questions Nest-on pas tout simplement en train de me sur-vendre une N-ième compilation de musique africaine avec lalibi des indépendances pour seule justification. Ah, cest beau le marketing

Car, sil est évident que lémergence des artistes que lon connait aujourdhui, lorsque lon est amateur de musique africaine, survient après les indépendances, la question fondamentale que je suis en droit de me poser est: quel est le lien réel de cause à effet pour chacun des titres ou artistes choisis?
Je ne nie pas que les puissances coloniales aient pu avoir un impact très négatif sur lexpression musicale traditionnelle, et que leur départ a certainement permis lexplosion dune nouvelle musique populaire dans chacun des pays concernés.
Mais, jai limpression quon essaye de me faire avaler 50 années de musique en me disant quelles nauraient comme unique origine que lindépendance alors que, pour la plupart, ces musiques ont simplement accompagné 50 années dévolution du monde Africain. Globalement, on tente de me coller des anthologies qui ratissent large sous un emballage alléchant. Ou alors, on sadresse à des néophytes

Mais bon, je peux me tromper Donc, je commence à éplucher la liste des artistes et des titres respectifs Peut-être vais-je découvrir des trésors de musique militante aux textes engagés, prenant appui sur des rythmes tradi-modernes et enracinés dans les luttes des années 60

A première vue, puisque je ne lai pas écoutée, la compilation qui me semble la plus cadrée est Afriques Independantes avec beaucoup de musiques Congolaise et Guinéenne.

Mais très franchement, quand on intègre dans une autre, le Pata Pata de Miriam Makeba et le Soul Makossa de Manu Dibango, lauditeur est tout de même en droit dêtre interloqué
De même quand on trouve, au hasard, Ba Cissoko ou Magic System avec 1er Gaou, Victor Démé ou Mory Kanté avec Yéké Yéké ou Francis Bebey avec Condition Masculine.
Et sur les 3 offres, seulement 2 contiennent Indépendance Cha Cha du Grand Kalle avec lAfrican Jazz

Jadore tous ces titres et les artistes correspondants sont dans ma discothèque ! Mais que lon me justifie leur présence dans le contexte précis de 50 ans dindépendance.

En conclusion, pour tous ceux qui ont déjà une large discographie africaine, vous ne trouverez pas forcément votre bonheur ici. Pour tous les autres, selon vos moyens, vous complèterez certainement votre collection.
Car, selon moi, ces coffrets représentent juste 50 ans de musique populaire Africaine et cest déjà très bien comme ça !!!

Independance Cha Cha

Table Ronde

Share & Like Kotonteej

Si je devais parcourir tous les sites ou blogs passionnants sur la musique, jy passerais mes journées Il y a tellement de choses merveilleuses à (re)découvrir tant de connaissance répartie chez de multiples amoureux presque ethno-musicologues, lorsquil sagit des musiques du monde anciennes

Je vous invite à visiter le blog worldsrv (en anglais), à qui jemprunte cette vidéo: Ntesa Dalienst TP OK Jazz Liyanzi Ekoti Ngai Na Motema.
Cette chanson est aussi connue sous le nom Munsi, et est présentée ici lors dun concert à Abidjan en 1980.

A noter que le billet correspondant contient de nombreuses autres versions de cette chanson et des explications, que je vais résumer ici :

Si Munsi ou Mouzi est le titre par lequel de nombreuses personnes connaissent cette chanson, ce nest pas son vrai nom, mais Liyanzi Ekoti Ngai Na Motema, enregistrée en 1980. Comme lexpliquait Ntesa Dalienst lors dune interview en 1990, le (ou la) liyanzi dans le titre est un insecte fort désagréable (voir puce-chique sur wiktionnaire). Dans la chanson, ce nest pas linsecte qui a infecté lhomme, mais lamour dune femme, lui causant tant de douleur, impossible à traiter par un médecin. Ce nest que le retour de lamour de la femme qui le guérira. Mais celle-ci est mariée et ne veut pas de lui. Sen suit une discussion sur la polygamie entre les 2 protagonistes
Le nom Munsi donné à la femme avait été inventé par Ntesa pour cacher la véritable identité de la dame, en combinant des lettres de ses nom et prénom

Cette chanson est apparue sur le LP A Paris Volume 1, où Franco ne joue pas, car à priori, Franco ne prenait pas la guitare sur les titres composés par Ntesa Dalienst, sauf dans le clip ci-dessus

Enjoy!

Share & Like Kotonteej